Campagnes, Statements

Ouvrez les frontières! Arrêtez la guerre contre les peuples migrants et réfugiés!

Global Campaign

Lettre ouverte à:

 

Ursula von der Leyen, Presidente de la Commission Européenne                                                    

Charles Michel, President du Conseil Européen

David Sassoli, President du Parlement Européen

Responsables des États-Membres

 

Ouvrez les frontières! Arrêtez la guerre contre les peuples migrants et réfugiés!                                          

Migrer et chercher du refuge est un droit humain!

 

Ce sont des temps de menace massive sur la vie humaine et les droits de l’homme. Nous, les soussignés, portons à votre attention les demandes qui ont conclu l’audience de Bruxelles du 45e Tribunal Permanent des Peuples (TPP) en avril 2019 alors même que nous protestons vigoureusement contre la politique de sécurisation militarisée des frontières européennes. Tel était le message du 3 mars d’Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, lorsqu’elle a déclaré à la frontière gréco-turque: «Notre première priorité est de veiller au maintien de l’ordre à la frontière extérieure grecque, qui est également la frontière européenne» .

 

Von der Leyen était accompagnée du président du Conseil de l’UE, Charles Michel, et de David Sassoll, président du Parlement européen, qui ont fait écho de son sombre message aux milliers de migrants et de réfugiés – privés de leurs droits fondamentaux. Compte tenu de l’échec de l’accord UE-Turquie de 2016, la direction combinée de l’UE n’a pu faire qu’un récit de frontières militarisées renforcées, de 700 millions d’euros et d’un soutien non critique aux forces grecques (mettant en œuvre la politique officielle de l’UE) utilisant des gaz lacrymogènes sur terre et des balles réelles sur mer dans ses efforts pour repousser les migrants et les réfugiés non protégés.

 

Au cours de ces premiers jours de mars 2020, nous assistons à des violations flagrantes des droits de l’homme des peupes migrants et réfugiés aux frontières de l’Europe avec la Turquie, accompagnées de violences militarisées perpétrées par les forces grecques, et aussi la nouvelle escalade d’intervention de Frontex. Pendant ce temps, les migrants et les réfugiés sont attaqués par des gardes grecs et des fascistes nazis sur l’île de Lesbos. Ce week-end, (7-8 mars), le Swiss Cross Service Center a été incendié dans ce qui est soupçonné d’un incendie criminel.

 

Cette situation n’est pas nouvelle pour nous, mais c’est un nouveau niveau d’échec de la politique européenne. Nous avons étroitement accompagné le déplacement forcé massif d’enfants, de femmes et d’hommes aux frontières de l’Europe, en mer et au dessert. Dans le cadre du Tribunal Permanent des Peuples (TPP) co-convoqué par 500 organisations à travers l’Europe de la mi-2017 à avril 2019, nous avons vu une politique des nécropolitiques de « les laisser mourir », de la main des institutions de l’UE et des États membres entraînant des milliers de morts ou la détention forcée dans des camps et des centres de détention dans des conditions inhumaines à l’intérieur et à l’extérieur des frontières de l’Europe.

 

Sur la base de centaines de témoignages, de récits de témoins oculaires et de recherches approfondies, le PPT a qualifié la situation de «crimes contre l’humanité et crimes systémiques». Compte tenu de cela et de l’escalade actuelle de ce que nous appelons une guerre contre les peuples migrants et réfugiés aux frontières de l’Europe:

 

Nous avons réitéré notre solidarité et notre mobilisation dans le Manifeste de solidarité ci-dessous (avec plus de 100 signatures de mouvements et d’organisations) et appelons à la fin immédiate de:

 

  • Violations systématiques des droits fondamentaux de l’homme – à la vie, à la dignité, au travail, à la santé, à la recherche d’un avenir – que vivent les peuples réfugiés et migrants au cours de leurs déplacements forcés, aussi dans les frontières comme à l’intérieur de la forteresse Europe.
  • Politiques de la Commission européenne. Conseil européen et États membres sur – zéro possibilité de voies régulières de migration; l’externalisation et la sécurisation des frontières et des accords tels que l’UE-Turquie, l’Italie-Libye, la détention généralisée des peuples migrants et réfugiés; pratique des nécropolitiques interdisant le sauvetage en mer.
  • Criminalisation des migrants, des réfugiés et des acteurs sociaux qui, individuellement et collectivement, exercent des pratiques et des responsabilités de solidarité envers les migrants et les réfugiés.
  • Structures racistes, patriarcales et autoritaires enracinant la discrimination, la xénophobie et l’islamophobie qui créent un environnement hostile permettant des violations des droits de l’homme des migrants et des réfugiés.

 

Lien au Manifeste de Solidarité

 

Contact pour signatures: migrantplatform@gmail.com 

Also available in: Anglais Espagnol